ENTORSE DU GENOU

 

 

Qu'est-ce que l'entorse du genou ?

 

L'entorse du genou est une lésion ligamentaire, survenant après un traumatisme direct ou après un mouvement anormal de la jambe. La gravité de l'entorse du genou dépend des ligaments atteints et de la nature des lésions : étirement du ligament, déchirure ligamentaire partielle ou totale.

Une entorse du genou est l'atteinte d'un ou de plusieurs ligaments de cette articulation survenant à la suite d'un traumatisme.
Ces ligaments contribuent à la stabilité du genou et sont au nombre de quatre :

    • deux ligaments dits latéraux interne (appelé aussi ligament collatéral médial) et externe (appelé aussi ligament collatéral latéral), situés sur les côtés de l'articulation,
    • et deux ligaments croisés, antérieur et postérieur, situés au centre de l'articulation, au-dessous du fémur et au-dessus du tibia.

 

Cette vidéo illustre le fonctionnement des ligaments du genou

 

 

 

 

 

Entorse du genou : une gravité variable

L'entorse du genou peut être :

  • bénigne, en cas de simple étirement du ligament ;
  • moyennement grave, en cas de déchirure partielle de quelques fibres ligamentaires ;
  • grave lorsqu'un ligament est totalement rompu.

Les lésions isolées de ligaments latéraux (le plus souvent du ligament latéral interne) sont en général de moindre gravité.
Les lésions d'un ligament croisé (le plus souvent, du ligament croisé antérieur) isolées ou associées à des lésions d'un ligament latéral ou à des lésions des ménisques  sont toujours graves car elles sont à l'origine d'une instabilité du genou.
Dans certains cas particulièrement sévères, l'articulation n'est plus tenue par les ligaments rompus et sort de son axe : on parle de luxation.

 

 

 

L'articulation du genou : une articulation complexe et fragile

 

Le genou est une articulation complexe entre:

  • d’une part le fémur, présentant deux saillies osseuses (condyles) au niveau de l’articulation du genou ;
  • d’autre part le tibia, qui entre en contact avec les condyles grâce à une surface plane (plateau tibial), et avec la rotule (petit os situé en avant du genou).

Plusieurs éléments de cette articulation remplissent un rôle particulier :

    • Le cartilage recouvrant les surfaces articulaires permet au fémur et au tibia de glisser l'un sur l'autre.
    • Les ménisques sont de petits coussinets de cartilage fibreux, ou "fibrocartilage", en forme de croissant. Chaque genou en comprend deux : un ménisque médial (ou interne) situé du côté de l’entrejambe, et un autre dit latéral (ou externe). Ils absorbent les chocs, stabilisent l’articulation et permettent un ajustement parfait entre fémur et tibia.
    • La capsule est une enveloppe fibreuse s’étendant de l’extrémité inférieure du fémur à l’extrémité supérieure du tibia. Elle recouvre entièrement l'articulation du genou. Elle est tapissée intérieurement de la membrane synoviale, qui forme des replis et produit le liquide synovial. Celui–ci nourrit et lubrifie les surfaces articulaires.
    • Les bourses synoviales (ou séreuses) sont des poches membraneuses au sein de l’articulation, remplies de liquide synovial. Elles facilitent le glissement des différents éléments de l’articulation.
    • Les quatre ligaments sont constitués de deux ligaments latéraux interne et externe, situés sur les côtés de l'articulation, et de deux ligaments croisés, antérieur et postérieur, situés au centre de l'articulation, au-dessous du fémur et au-dessus du tibia. Les ligaments sont composés de tissus fibreux très résistants assurant la stabilité du genou.
    • Les muscles insérés sur les os et la capsule (par l'intermédiaire des tendons) participent également à la stabilité de l’articulation.

 

 

Quels sont les mécanismes de survenue d'une entorse du genou ?

L'entorse du genou survient :

  • après un traumatisme direct du genou (par exemple lors d'un accident de la voie publique) ;
  • le plus souvent à la suite de mouvements en torsion (la jambe est en appui, bloquée au sol), surtout lors de la pratique de sports dits « en pivot », comme le football, le ski, le rugby, les sports de combat...
    Ces torsions entraînent une lésion de la capsule (enveloppe de l'articulation) et des ligaments du genou.

L'entorse du genou peut être aggravée si une pression supplémentaire s'exerce sur les côtés du genou (poids d'un adversaire au cours d'un sport de combat, par exemple). Dans ce cas, les ligaments latéraux (étirés par la pression sur le côté de la jambe) peuvent être touchés, en plus des ligaments croisés atteints lors du mouvement de torsion.
Le ménisque peut également être atteint lorsque le genou est trop porté en extension (jambe étendue). C'est le cas, par exemple, lorsque la personne manque le ballon et donne un coup de pied dans le vide.

 

 

 

 Les symptômes et le diagnostic de l'entorse du genou

Douleurs du genou, craquement, sensation de déboitement et d'instabilité, gonflement et impossibilité de poser le pied par terre sont des symptômes d'entorse du genou. Quelques mesures immédiates permettent de les atténuer. L'examen du médecin confirme le diagnostic.

Les examens complémentaires font le point sur l'état des ligaments, recherchent des lésions associées (fractures osseuse, lésion d'un ménisque...).

 

 

Les symptômes de l'entorse du genou

Les symptômes d'une entorse du genou sont généralement :

  • un craquement lors de l'accident ;
  • une douleur, ressentie comme une déchirure ;
  • une sensation de déboîtement, l'impression que le genou part sur le côté puis revient en place ;
  • une sensation d'instabilité du genou ;
  • un gonflement du genou.

Ces signes peuvent s'accompagner d'une boiterie ou d'une impossibilité à s'appuyer sur la jambe et à marcher.

Les symptômes ne sont pas toujours présents (le genou, par exemple, peut ne pas gonfler) et ne sont pas proportionnels à la sévérité des lésions et donc à la gravité de l'entorse. Ainsi, la douleur peut être modérée lors d'une entorse grave et intense lors d'une entorse bénigne.

 

 

Devant des symptômes d'entorse du genou, que faire ?

Si vous présentez des symptômes d'entorse du genou, voici comment vous soulager immédiatement :

  • arrêtez l'activité ou le sport en cours : la lésion peut s'aggraver ;
  • mettez votre genou au repos en évitant tout appui sur la jambe concernée ;
  • refroidissez votre genou avec de l'eau fraîche ou de la glace pour diminuer l'inflammation. Ne mettez pas la glace directement sur la peau pour éviter la sensation de « brûlure » provoquée par le froid. Par exemple, disposez la glace dans un linge propre avant de la poser sur le genou. Vous pouvez renouveler l'opération chez vous, toutes les quatre heures, pendant un à deux jours ;
  • posez un bandage sans trop serrer et surélevez votre jambe si le genou a tendance à gonfler ;
  • si la douleur persiste, vous pouvez prendre un médicament pour vous soulager : du paracétamol ou un anti-inflammatoire non stéroïdien comme l'ibuprofène. Ne prenez qu'un seul type de médicament (paracétamol par exemple) et n'alternez pas plusieurs anti-inflammatoires de compositions différentes. Respectez la dose de médicament indiquée sur la notice et l'intervalle minimum entre deux prises.

Consultez un médecin, le jour même, si les symptômes sont inquiétants.
Si la gêne est très modérée (absence de sensation d'instabilité ou de déboîtement), vous pouvez patienter un à deux jours, en appliquant les conseils simples décrits ci-dessus. Si les symptômes persistent, consultez votre médecin traitant.

À VOIR - Rupture du ligament croisé antérieur.

 

 

 

 

Le diagnostic de l'entorse du genou

Le diagnostic de l'entorse du genou est essentiellement clinique. Les examens complémentaires sont surtout utilisés pour éliminer une éventuelle fracture ou décider de l'utilité d'une intervention chirurgicale.

  • L'examen clinique permet, en général, de poser un diagnostic précis des lésions. Il porte en particulier sur :
    • l'analyse de la mobilité du genou et la recherche d'une mobilité anormale (laxité) ;
    • la recherche d'un épanchement à l'intérieur de l'articulation du genou ;
    • la recherche d'un hématome (d'un « bleu ») sur le trajet des ligaments latéraux.
  • Les examens complémentaires ne sont pas systématiques : les radiographies permettent de confirmer qu'il n'y a pas de fracture osseuse associée ou d'arrachement osseux à l'extrémité d'un ligament. D'autres examens peuvent être prescrits (IRM...) en fonction des situations particulières.

 

 

 

 

Le traitement de l'entorse du genou

Le choix entre un traitement médical ou chirurgical est décidé selon plusieurs critères : l'âge du patient, ses activités sportives, l'existence ou non d'une instabilité du genou, le type de lésion ligamentaire, les lésions associées, etc.

 

 

Le traitement médical de l'entorse du genou

Si l'entorse est bénigne ou de gravité moyenne, il est déconseillé d’immobiliser complètement le genou et l’appui sur la jambe blessée peut être conservé. L'immobilisation est de très courte durée, à titre antalgique.
Le traitement consiste donc en une mobilisation précoce avec appui autorisé, associée à un traitement médical (antalgiques, anti-inflammatoires et glaçage).
Le port d’une contention (genouillère ou orthèse articulée) peut faciliter une reprise précoce des activités physiques en sécurité.
La pose d'un plâtre est généralement inutile.

 

 

La rééducation de l'entorse du genou

L'objectif de la rééducation est de retrouver une mobilité normale du genou, restaurer la force musculaire et le fonctionnement global du genou (en position debout, lors des sauts, à la course).

L’entorse bénigne guérit grâce au traitement médical et ne nécessite pas, en général, de rééducation.
L’entorse de moyenne gravité et surtout l’entorse grave nécessitent des séances de rééducation qui peuvent durer jusqu’à quatre mois.
En l'absence d'intervention chirurgicale, la rééducation est le plus souvent effectuée au cabinet du kinésithérapeute, sans hospitalisation.
Si la personne a subi une intervention chirurgicale, la rééducation débute dans le service de chirurgie avant d'être poursuivie au cabinet du kinésithérapeute ou dans un centre de rééducation.

Le traitement chirurgical de l'entorse du genou

La réparation chirurgicale des ligaments, ou ligamentoplastie, peut être nécessaire en cas d'entorse grave (rupture d'un ligament croisé par exemple). L'intervention est, le plus souvent pratiquée, lors d'une arthroscopie.
Elle peut être réalisée dans les jours qui suivent l'accident ou plus tard, quand la douleur et le gonflement du genou ont diminué. En effet, opérer en urgence un genou douloureux et inflammatoire expose à un certain nombre de complications (algodystrophie, raideur) qui peuvent retarder la guérison.
La chirurgie du genou peut être également nécessaire si d'autres lésions sont associées à l'entorse (lésions des ménisques, fractures osseuses, etc.).

Dans les jours qui suivent l'intervention :

Surélevez la jambe dans la journée et ne reprenez appui sur elle que lorsque le chirurgien vous y autorise.
Surveillez votre genou, votre mollet et votre température.
Consultez si vous observez les symptômes suivants :

    • fièvre supérieure à 38 °C ;
    • augmentation de la douleur du genou au repos ;
    • chaleur ou rougeur locale au niveau du genou opéré ;
    • problèmes de cicatrisation : cicatrice rouge ou écoulement ;
    • mollet douloureux ou gonflé (signes de phlébite).

 

 

Entorse du genou : suivi médical, rééducation et reprise des activités professionnelles et de loisir

 

Votre médecin traitant coordonne votre prise en charge avec les autres professionnels de santé (spécialiste, kinésithérapeute, médecin du travail...).
Il assure votre suivi, notamment pour vérifier l'efficacité de la rééducation. En concertation avec vous et l'équipe de professionnels, il envisage également la reprise de votre activité, lorsque votre état a nécessité une interruption de travail.

 

 

La rééducation après entorse du genou

Elle est essentielle à la réussite du traitement, que ce dernier soit chirurgical ou non. Elle permet d'optimiser la récupération.
Le rééducateur vous explique les gestes à ne pas faire et les exercices que vous pouvez réaliser chez vous, entre les séances de rééducation. Suivez ses conseils, qui vous permettront de reprendre plus rapidement une activité normale.

Au-delà de 40 séances de rééducation d’une entorse grave opérée (ligamentoplastie du ligament croisé antérieur), l’accord préalable du médecin conseil de l’Assurance maladie est nécessaire avant de poursuivre la rééducation.

 

 

L'arrêt de travail après une entorse du genou

La durée de l'arrêt de travail dépend :

  • de votre profession (activité sédentaire, travail en position debout dominante ou non, port de charges plus ou moins lourdes...),
  • de vos conditions de transport (durée du trajet et moyens utilisés),
  • de la gravité de l'entorse : nécessité ou non d'un traitement chirurgical,
  • des lésions associées (lésions méniscales...),
  • de votre état de santé,
  • des possibilités d'adaptation ou de modification du poste de travail en cas de poste très physique, d'emploi en hauteur, de travail sur un sol glissant ou instable.

Ainsi :

  • s’il s’agit d’une entorse du ligament latéral interne non opérée, l'interruption de l'activité professionnelle n'est pas systématique, notamment si l'activité est sédentaire et l'entorse bénigne. Si l'arrêt de travail est nécessaire (activité professionnelle physique, entorse plus importante), il ne dépasse pas trois semaines, en général.
  • après une intervention chirurgicale par arthroscopie pour rupture du ligament croisé antérieur, l'arrêt de travail dure souvent entre 5 semaines en cas de travail sédentaire et six mois si le travail physique a lieu en hauteur ou sur terrain instable.

Ces durées d'arrêts de travail varient d'un cas à l'autre et sont réévaluées régulièrement par votre médecin traitant. Il peut vous orienter vers votre médecin du travail pour une visite de pré-reprise. Cette visite permet d'évaluer votre aptitude au poste de travail que vous occupez et de proposer des mesures adaptées ou un reclassement temporaire dans un poste plus léger.
À votre retour en entreprise, si l'arrêt de travail est supérieur à trente jours, une visite de reprise auprès du médecin du travail est obligatoire dans un délai de huit jours.

 

 

 

 

 L'entorse du genou et la reprise des activités quotidiennes

En cas d'entorse du ligament médial (ligament latéral interne) du genou, reprenez vos activités quotidiennes dès que possible. Le port d'une contention (genouillère ou orthèse articulée) peut vous y aider. Toutefois, pendant le traitement de l'entorse du genou, évitez les positions accroupies et à genoux, les sauts et les mouvements de torsion.

En cas de ligamentoplastie du ligament croisé antérieur du genou par arthroscopie, la réadaptation aux activités de la vie quotidienne dure de 4 à 6 semaines le temps de récupérer une amplitude articulaire satisfaisante. La marche sans béquille est en général possible au bout de 15 jours. Les activités quotidiennes redeviennent normales 45 jours après la chirurgie et la conduite automobile peut être reprise. La mobilité totale et indolore revient après 2 mois environ.

 

 

L'entorse du genou et la reprise des activités physiques et de loisir

Même si vous n'avez pas eu d'intervention chirurgicale, demandez l'accord de votre médecin avant la reprise de vos activités sportives. Une préparation physique et le port d’une contention peuvent faciliter la reprise de l’entraînement après une entorse grave non opérée.

Après une ligamentoplastie du ligament croisé antérieur du genou, et selon les consignes du chirurgien, la reprise des activités sportives individuelles peut être envisagée si :

  • votre genou ne présente pas d'épanchement, s'il est stable et non douloureux ;
  • l'articulation a retrouvé une bonne mobilité ;
  • la force musculaire est récupérée ;
  • le type d'activité est compatible avec l'état de votre genou.

Ainsi l’activité sportive peut généralement être reprise progressivement : vélo d’appartement et natation (8ème semaine), course à pied et marche en montagne (5 ème mois). Les sports comportant des sauts ou des mouvements de torsion sont déconseillés tant que la récupération n’est pas complète (par exemple, les sports "pivots" du type tennis, basket, football, rugby ne peuvent être repris qu'après le septième mois). Le ski doit être évité pendant un an.

 

 


 

Sources :

  • Jaeger JH. Lésions ligamentaires du genou. Site internet : Université de Strasbourg - Faculté de médecine. Strasbourg (France) ; 2004/2005 [consulté le 17 février 2016]
  • Assurance maladie, Comité français d'éducation pour la santé, Médecins de montagne. Accidents de ski : attention aux entorses du genou. Site internet : Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES). Saint-Denis La Plaine (France) ; 2001 [consulté le 17 février 2016]
  • Lustig S, Servien E, Parratte S, Demey G, Neyret P. Lésions ligamentaires récentes du genou de l'adulte. EMC - Appareil locomoteur 2013;8(1):1-17 [
  • Haute Autorité de santé (HAS). Critères de suivi en rééducation et d'orientation en ambulatoire ou en SSR après ligamentoplastie du croisé antérieur du genou. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2008 [consulté le 2 février 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Prise en charge thérapeutique des lésions méniscales et des lésions isolées du ligament croisé antérieur du genou chez l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2008  [consulté le 2 février 2016]
  • Département d'enseignement ostéo-articulaire. Université Paris 6 et Paris 12. Rousseau R. Lésions péri-articulaires et ligamentaires du genou, de la cheville et de l'épaule. Site internet : sofop. Paris  [consulté le 2 février 2016].

 

 

 

 

A propos . . .

DR KHELIF YOUCEF REDHA

CHIRURGIEN ORTHOPÉDISTE,
Diplômé de l'Université d'Auvergne,
Diplômé de l'Université de Paris 12,

Lire la suite...

Derniers articles

Le Séjour à l'Hôpital

docteur-khelif-youcef-redha

 

Mes Vidéos

video4

Déstinées aux Professionnels
de Santé.

©2020 Docteur KHELIF Redha Youcef. All Rights Reserved. Designed By E-BAYT.COM